Antonin Colot obtient un mandat d’Aspirant FNRS au sein de l'unité de Génie électrique et informatique de l’Institut Montefiore



Le parcours d’Antonin Colot

Diplômé avec la plus grande distinction en juin 2021 comme ingénieur civil électromécanicien, à finalité énergétique, de la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège, Antonin Colot a également obtenu le Prix AIM (Association des Ingénieurs de Montefiore) du meilleur TFE ingénieur civil électromécanicien et le Prix John Cockerill du meilleur TFE décerné par l’AILg (Association des ingénieurs diplômés de l'Université de Liège).

En octobre 2022, il a entamé un mandat d’Aspirant octroyé par le FNRS pour réaliser une thèse de doctorat dont le sujet est décrit ci-dessous. La thèse d’Antonin se déroulera au sein de l'équipe Smart Microgrids de l'unité Génie électrique et informatique de l’Institut Montefiore de la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège. Bertrand Cornélusse, chargé de cours, en est son promoteur.

 

Le sujet de thèse d’Antonin Colot

La crise énergétique et climatique que nous traversons pousse à revoir nos modes de consommations et à exploiter davantage les énergies renouvelables. Depuis quelques années, l’installation de panneaux solaires, de pompes à chaleur ou de batteries ne cesse de croître. Cette tendance s’accélère avec le remplacement progressif d’une partie de la flotte de voitures thermiques par des véhicules électriques. L’électrification massive de nos besoins énergétiques permet de limiter nos émissions de gaz à effet de serre mais amène de nouveaux défis, notamment dans la gestion des réseaux électriques. Le réseau électrique est subdivisé en plusieurs niveaux de tension. Les maisons, par exemple, sont connectées à des réseaux basse tension. L’intégration massive d’installations solaires domestiques conduit à des problèmes de surtension électrique. Ces problèmes peuvent occasionner des dommages aux appareils électriques et provoquer des coupures non désirées des onduleurs de panneaux solaires. Des solutions tardent à se mettre en place de la part des opérateurs de réseaux, soit parce qu’elles sont couteuses, soit parce qu’elles nécessitent des moyens de télémesure et de contrôle importants. En effet, la production d’un panneau solaire dépend de l’ensoleillement qui peut varier d’une seconde à l’autre. Le projet de thèse d’Antonin Colot vise à développer des algorithmes distribués, suffisamment rapides pour gérer les problèmes de tensions dans les réseaux basse tension avec une forte pénétration de panneaux solaires. Des dispositifs connectés sont progressivement installés dans les différentes maisons et leurs capacités de communication et de calcul peuvent être utilisées pour exécuter de tels algorithmes. Cela permettrait de pleinement utiliser le potentiel des énergies renouvelables et d’augmenter leur pénétration tout en garantissant une sécurité d’opération des réseaux électriques. Sa recherche consiste à formaliser et implémenter des problèmes d’optimisation distribuée, avec un besoin de communication limité, pour contrôler en temps réel le profil de tension du réseau électrique et pouvoir, ainsi, proposer des solutions d’électrification massive.

Des exemples pratiques consisteraient à empêcher de futures coupures non désirées de panneaux solaires ou de la capacité du réseau électrique à absorber des changements liés au chauffage par pompe à chaleur électrique, l’usage de voitures électriques ou autre électrification des besoins énergétiques.

 

Un séjour de recherche au sein de l’Université de Sienne (Italie)

Dans le cadre de sa thèse, Antonin effectuera un séjour de recherche de 2 mois en 2023 au sein du groupe Systèmes et Contrôle en collaboration avec les Professeurs Simone Paoletti et Antonello Giannitrapani. Lors de ce dernier, il se concentrera sur les systèmes multi-agents relatif au contrôle des réseaux électriques.

Share this news